Tout ça n’est qu’une histoire de pieds

En l’an 2018 les gueux se rebiffèrent se sentant oubliés et méprisés par les nantis de la République. Tous ces pieds nickelés s’en allèrent battre le pavé au grand dame du seigneur du royaume qui ne sut pas sur quel pied danser.  Les marches à répétition des sans-dents l’obligeant à réagir, il demanda à son sinistre de l’intérieur de lui ôter cette épine du pied. « Prenez le contre-pied et envoyez vos séides, de Dieu ! » Aussitôt fait, le délégué aux affaires de police prit l’ordre au pied de la lettre et envoya ses troupes, car il se trouvait au pied du mur.

Mais un protégé du seigneur se prit les pieds dans le tapis en violentant des manifestants sans en avoir le droit. Il se tira ainsi une balle dans le pied et les sénateurs le convoquèrent. Il fit profil bas pour ne pas se retrouver six pieds sous terre, mais ne fut pas très convaincant.  Les gueux restèrent sur le pied de guerre et continuèrent à manifester tous les samedis. Alors le seigneur sauta sur ses pieds et décida d’organiser des débats pour tenter de comprendre ce que voulaient tous ces gens qui lui faisaient des pieds de nez chaque week-end. Ne voulant pas se faire marcher sur les pieds, le seigneur mit sur pied une série de rencontres avec les représentants locaux des gueux. Le seigneur fut à pied d’œuvre lui-même car il n’a pas les deux pieds dans le même sabot. Mais il n’est qu’un colosse au pied d’argile et les gueux continuèrent leur rébellion de samedis en samedis. Des violences sur la plus belle avenue du monde scandalisa les citoyens. Le préfet de police fut mis à pied et le sinistre de l’intérieur s’en alla prendre son pied en boîte de nuit. Le seigneur fut fatigué par toutes ces rencontres dans les régions et alla se remettre sur pied à la montagne car il devait encore travailler d’arrache pied pour calmer les gueux. Le seigneur, ayant à présent bon pied bon œil, fit le bilan de ses longues discussions avec les représentant des gueux et décida de prendre des mesures pour que ses opposants ne lui coupent pas l’herbe sous le pied. Les prochaines élections nous diront s’il n’a pas déjà, malgré tout, un pied dans le tombe.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s