La nouvelle classe mondiale

Pour comprendre le monde d’aujourd’hui, il faut s’intéresser aux empires. Ils ont existé depuis des millénaires jusqu’à nos jours : l’empire Mongol, l’empire Ottoman, l’empire romain, le Saint empire romain germanique (Charles Quint), l’Empire Austro-hongrois, l’empire napoléonien, les empires coloniaux anglais et français, l’empire soviétique, les Reich allemands etc. Leur raison d’être est d’élargir leurs frontières en empiétant sur d’autres états qu’ils décident de gérer directement ou de les laisser diriger leurs affaires selon les lois et directive de la puissance dominante.

La volonté politique de l’empire est à la fois d’étendre son territoire mais aussi d’imposer sa conception de société, avec tout ce que ça comporte comme règles de vie et de mœurs, de croyance religieuse ou d’organisation de la vie privée ou publique. Parce qu’il y a toujours eu des hommes qui savent ce qui est bien pour les humains (je sais ce qui est bon pour vous ; ma cause est juste et vous devez y adhérer) ils décident de l’imposer par la force et la violence.

D’un point de vue économique, le centre de l’empire profite de cette domination pour s’approprier les richesses de la périphérie. Cette domination a un coût qui peut être supérieur aux avantages tirés par la collecte des biens ou matières premières des états dominés. De tels empires n’ont pas perduré. En revanche, les empires qui ont investi dans la périphérie ont survécu, car leur développement leur apportait un avantage comparatif.

Face aux empires chinois et russe, comment s’organise l’occident?

Depuis la chute du communisme le modèle capitaliste s’est imposé. Il n’a plus de concurrent. La nouvelle classe mondiale s’impose en occident (USA – Union européenne), qui sont-ils ? : un ensemble constitué de capitalistes : banques, fonds de pension, grandes entreprises (armement, pharmacie, chimie, nouvelles technologies, grande distribution etc.), plus les milliardaires en tout genre dont ceux issus du business des matières premières, qui s’appuient sur la technostructure que sont l’Union Européenne, le FMI, l’OMS, l’UNESCO, les ONG etc. employant des technocrates très bien payés et qui influencent les gouvernements et les parlements.

Les objectifs de la nouvelle classe mondiale sont d’augmenter leur richesse en imposant leur conception du monde et, à terme, établir un gouvernement mondial.

Leur stratégie pour y parvenir est d’organiser la vie économique de façon à avoir des consommateurs heureux et tranquilles ; d’influencer les gouvernements nationaux, le gouvernement fédéral aux USA et l’Union Européenne, pour qu’ils votent des lois et des règles qui les arrangent ; de museler les oppositions nationales ; d’étouffer toutes les revendications qui perturbent le bon fonctionnement des marchés ; de casser les nationalismes qui sont source de conflits et de verrouiller tous les organismes étatiques, internationaux et paraétatiques.

Le moyens utilisé pour ce faire est de manipuler les esprits pour éviter l’emploi de la force, c’est le nouveau totalitarisme. On va ainsi favoriser la surconsommation ; abrutir les masses par les jeux télé, la multiplication des chaînes TV, la musique partout, les mœurs débridés, le football à outrance et le matraquage publicitaire ; créer et imposer une pensée unique relayée par les médias qui leur appartiennent (pratiquement tous les médias en France appartiennent aux patrons du CAC40) ; insulter, dénigrer, discréditer et calomnier les opposants, traités de réactionnaires, populistes, racistes, fascistes, islamophobes, complotistes etc.; réécrire l’histoire et détruire les racines des peuples ; mélanger les races ; mentir en permanence pour que plus personne ne croit en rien, ce qui annihile la capacité d’agir, de penser, de juger ou de critiquer ; contrôler l’information en éditant des lois contre les « fake news » pour imposer des « informations sûres et vérifiées » et mettre ainsi sous surveillance judiciaire les réseaux sociaux ; instaurer un Ministère de la Vérité ; pister, traquer, surveiller les citoyens grâce aux outils  numériques ; et enfin entretenir des peurs :

« Celui qui contrôle la peur des gens devient le maître de leurs âmes » Machiavel

« Pour liquider les peuples, on commence par leur enlever la mémoire. On détruit leurs livres, leur culture, leur histoire. Puis quelqu’un d’autre leur écrit d’autres livres, leur donne une autre culture, leur invente une autre histoire. Ensuite le peuple commence lentement à oublier ce qu’il est et ce qu’il était. Et le monde autour de lui l’oublie encore plus vite » Milan Häbl, écrivain tchèque.

Mais Trump dérange, il faut l’abattre. Face au repli sur soi et à l’isolationnisme de Trump, Macron a réitéré, comme à la tribune de l’ONU en septembre 2018, sa défense du multilatéralisme : « Nous pouvons bâtir le nouvel ordre mondial du XXIe siècle en le fondant sur une nouvelle espèce de multilatéralisme, plus responsable et plus efficace. Cela requiert plus que jamais l’engagement des États-Unis, puisque votre rôle a été décisif pour créer et conserver le monde libre tel qu’on le connaît aujourd’hui. Ce sont les États-Unis qui ont inventé cette théorie. Vous êtes ceux qui, aujourd’hui, doivent aider à la préserver et à la réinventer.»

Et selon Jacob de Rothschild : « Le président Trump tente de détruire le nouvel ordre mondial que les mondialistes ont passé des décennies à essayer de construire. » Les Rothschild ont utilisé leur porte-parole mondialiste dans les médias pour déclarer que Donald Trump menaçait de détruire définitivement le Nouvel Ordre Mondial. L’outil de propagande mondialiste, qui est une publication appartenant à la famille Rothschild, The Economist, a qualifié le président américain de « danger actuel » pour le Nouvel Ordre Mondial, et a déclaré que les « internationalistes » qui l’ont formé sont « en train de se retourner dans leurs tombes. » Le président américain est vu comme étant « au-dessus d’autres menaces légitimes telles que le djihadisme et le terrorisme, l’expansion de la Chine communiste et l’hostilité nord-coréenne. »

La cohérence occidentale engagée sous la houlette de la nouvelle classe mondiale est mise à mal par Trump, le Brexit et les états « populistes » d’Europe. La pandémie du Covid-19 sera-t-elle une opportunité pour les tenants du nouvel ordre mondial d’avancer leurs pions?





Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s