Quel candidat les mondialistes vont-ils choisir ?

Chaque jour que Dieu fait, des événements, des décisions ou des déclarations nous interpellent car elles nous paraissent idiotes ou agressives, incohérentes ou injustifiables, dénuées de sens ou abjectes, révoltantes ou injustes. On ne les comprend pas ou on les rejette. Mais aussi parfois on finit par les ignorer ou les penser sans importance. Notre cerveau serait-il à ce point malléable qu’il finit par accepter autant de manipulation ? Pense-t-on qu’il faille lâcher prise et ne pas s’énerver ? Que l’intelligence de l’être humain finira par triompher ? Ou tout simplement que les choses s’arrangeront d’elles mêmes.

Mais quand des décisions nous impactent directement ou nous menacent, alors on se rebelle, on signe des pétitions mais on ne se révolte pas. La majorité silencieuse ne fait pas de bruit, ne casse rien, n’est pas violente. Elle respecte les institutions et sait que son avis sera pris en compte au moment des élections. Et ce jusqu’à l’émergence d’une révolte populaire comme celle des « gilets jaunes ».

Institutions qui ont marqué la faiblesse inhérente à leur efficacité et à leur pertinence. Car à présent les élections sont manipulées et ce sont les représentants des mondialistes qui sont élus. C’est ainsi que l’élection à la présidence de la République d’Emmanuel Macron, en 2017, a pu avoir lieu parce que les médias ont sur-communiqués sur lui (plus de trente « une » de magazines lui ont été consacrées) et que les juges se sont emparés au bon moment et avec célérité d’une histoire d’emploi fictif de l’épouse de François Fillon, challenger de Macron, qui risquait de remporter le scrutin. Macron est ainsi arrivé au deuxième tour face à Marine Le Pen. La victoire était assurée. Les Le Pen n’ont jamais atteint 30% à aucune élection. Chirac, en 2002, a gagné face à Jean-Marie Le Pen avec 82% des votes en sa faveur, sans même avoir participé au débat télévisé traditionnel d’entre les deux tours ! Macron jouait sur du velours.

Luc Ferry : « Macron ne comprend rien à ce qui se passe en France, on a mis un gamin à l’Élysée et on va le payer très cher. » Sud radio – 25/12/2018

Après le quinquennat de François Hollande, on croyait avoir tout vu en matière de mensonges et d’imbécillité. Le « Moi président » promettait une République plus juste et plus honnête et, une fois de plus, ce fut les « copains-coquins » qui se sont gobergés, ont pris les bonnes places, se sont gratifiés d’honneurs et d’avantages financiers sous couvert de discours généreux et oniriques. Quant aux actes, Hollande a noyé le poisson en prenant des dispositions sociétales en faveur des minorités, comme le mariage pour tous, pour occuper les esprits, et occulter les décisions à la fois pro-libérales et, curieusement, normatives, comme pour l’immobilier, qui ont bien plombé l’activité économique, tout en détricotant systématiquement les lois de Sarkozy, dont certaines, comme la défiscalisation des heures supplémentaires, étaient de bon sens et productives.

Avec Macron, on a pensé que les choses allaient changer. Plus jeune et plus flamboyant, les citoyens espéraient qu’il allait faire entrer la France dans le XXIème siècle avec panache, générosité et fraternité. La déception est à la mesure de l’espoir suscité.

Alors, quel candidat les milliardaires propriétaires des médias vont-ils choisir ?

Vous vous souvenez comment ils s’y étaient pris pour nous vendre Macron ?

Lisez Le Monde Diplomatique de mai 2017

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s