La grippe espagnole, 100 ans avant le Coronavirus

D’où vient-elle ?

Les Doug boys, soldats américains venus en Europe, au printemps 1918, sauver les Alliés embourbés dans les tranchées face aux Allemands, sont porteurs de la grippe. Elle est alors bégnine, les soldats français parlent de « la grippe de trois jours ». Mais au mois de septembre elle devient plus maligne avec des complications pulmonaires graves.

Lire la suite

1921, les visionnaires de l’aéronautique (2)

Les frères Breguet font partie de ceux qui ont foi en cette industrie et en ses perspectives immenses. Alors ils apprécient Flandin, ce politique convaincu du développement de l’aéronautique commercial, qui se dépense sans compter pour promouvoir cette industrie, favoriser sa reconnaissance et son essor, motiver la filière avec les meetings et les récompenses, et encourager la formation des pilotes.

Lire la suite

Les motos des années 20

Depuis son invention en 1868, la moto n’a cessé d’évoluer et de se transformer, adoptant les formes et les usages les plus divers. La Première Guerre mondiale a favorisé son utilisation à des fins militaires et les compétitions ont stimulé les avancées technologiques. Quant aux industriels de l’aéronautique, après la guerre de 14/18, ils n’ont plus de marché militaire et pas encore le marché de l’aviation commerciale. Ils doivent se reconvertir ou trouver des opportunité dans d’autres domaines. La moto en fut un.

Lire la suite

1921, les visionnaires de l’aéronautique (1)

En 1920, Pierre-Étienne Flandin est Sous-secrétaire d’État à l’aéronautique. Il veut aider cette industrie car il croit en son essor. Son ministère n’a pas un gros budget et il doit se battre pour obtenir des crédits. Les ressources financières ne sont plus à la hauteur de ce qu’elles furent pendant la guerre de 14/18, contribuant au financement des progrès techniques.

Lire la suite

Bonne année 1921 !

Non, je ne suis pas encore gâteux, il s’agit bien de 1921.

J’ai pensé original de s’intéresser à ce qui a fait la grande et la petite histoire d’il y a un siècle que de commenter l’actualité d’aujourd’hui – de grands esprits s’en occupent avec enthousiasme et parfois virulence – ou d’imaginer un avenir pas forcément attrayant. Chaque semaine j’éditerai un post sur des événements marquants, qu’ils soient politique, économique ou artistique, notable ou réputé.

Mais en attendant :

 

 

 

Tendances du modèle occidental

Un marché de consommateurs dociles

Dans son livre « La nouvelle classe mondiale contre les peuples », Michel Geoffroy développe une idée intéressante : une élite riche, composée d’hommes d’affaires et de grands managers, rêve d’un monde qui consomme toujours plus et qui ne se révolte pas. Un monde de consommateurs persuadés que le bonheur est dans le consumérisme et ne cherche plus à défendre son histoire et ses territoires. Pour obtenir toujours plus de profitabilité, les grandes entreprises supra nationales ont besoin de stabilité. Les pays d’Afrique n’ont d’intérêt que par les ressources minières et végétales qu’elles offrent. Y investir en dehors de cet objectif est hasardeux car ce sont des populations instables et donc des marchés à risque. La rentabilité d’un investissement doit y être élevé et rapide. En revanche, en Europe, plus de trois cent millions de consommateurs dociles ça constitue un eldorado qu’il convient de protéger. Avec une politique digne de Jules César, « du pain et des jeux », tous ces peuples sont des proies faciles. À l’Internationale socialiste, qui s’est délitée dans les pays du bloc de l’Est communiste, il s’est substitué l’international de l’argent, qui n’a plus d’opposant majeur, tant que les pays d’Europe restent tranquilles et n’ont d’yeux que pour le confort et la vie sereine.

Les nouveaux modes de vie en France Lire la suite

Le projet de gouvernance mondiale

L’important pour les nantis est de régner sur un royaume. Car, peu importe le royaume, c’est la royauté qui compte. Le royaume peut être une nation, une région, un marché, une communauté, une collectivité, une confrérie, une corporation ou une association. Tout est connecté et inter dépendant. Tout le monde s’influence et joue sa propre partition pour défendre ses avantages ou son territoire. La nouvelle classe mondiale a ainsi ses réseaux d’influence et de corrompus à leur botte. Tout s’achète, même une organisation, quel qu’elle soit. Dans tous les empires ce processus a fonctionné de la même manière. Les maîtres du monde n’ont jamais perdu, sauf quand l’empire s’écroule et disparaît. Nous sommes arrivés à un point de rupture entre un modèle capitaliste qui sort chaque année des populations de la pauvreté, qui fait émerger partout des classes moyennes avides de consommation et un modèle néo-libérale qui ne tient plus compte de la volonté des peuples mais ne se soucie que de faire croitre les multinationales qui imposent leurs méthodes et concepts et manipulent les politiques.

Lire la suite

Au pays de la COVID-19

Un matin ordinaire dans le métro parisien. Les zombis masqués paraissent encore plus seuls et perdus qu’avant. Ils semblent apeurés, immobiles, sur leurs gardes. Leurs pensées sont annihilées, ralenties et doivent chercher à accrocher une idée, même plus une histoire, trop difficile. Juste du rassurant, de l’apaisement.

Lire la suite

Les leçons de la pandémie de la Covid-19

  • Les professionnels de santé sont plus indispensables que les joueurs de foot
  • Aucun prêtre, gourou, astrologue ou guérisseur n’a pu sauver qui que ce soi
  • Chanter sur son balcon n’est plus un déséquilibre mental

Lire la suite

Pourquoi reparle-t-on du traité de Sèvres d’août 1920 ?

À la fin de la première guerre mondiale tout le monde s’accordait pour dire : « Plus jamais ça ». Les nations européennes, plus les USA, ont eu la volonté de prendre des mesures pour que cessent ces conflits récurrents entre la France et l’Allemagne, ainsi que toute guerre en Europe. Ce fut la signature du Traité de Versailles et la création de la Société des Nations (SDN). Mais, en affaiblissant l’Allemagne, on a favorisé la montée du nazisme qui avait pour objectif de recréer son empire, le 3ème Reich.

Lire la suite