Tendances du modèle occidental

Un marché de consommateurs dociles

Dans son livre « La nouvelle classe mondiale contre les peuples », Michel Geoffroy développe une idée intéressante : une élite riche, composée d’hommes d’affaires et de grands managers, rêve d’un monde qui consomme toujours plus et qui ne se révolte pas. Un monde de consommateurs persuadés que le bonheur est dans le consumérisme et ne cherche plus à défendre son histoire et ses territoires. Pour obtenir toujours plus de profitabilité, les grandes entreprises supra nationales ont besoin de stabilité. Les pays d’Afrique n’ont d’intérêt que par les ressources minières et végétales qu’elles offrent. Y investir en dehors de cet objectif est hasardeux car ce sont des populations instables et donc des marchés à risque. La rentabilité d’un investissement doit y être élevé et rapide. En revanche, en Europe, plus de trois cent millions de consommateurs dociles ça constitue un eldorado qu’il convient de protéger. Avec une politique digne de Jules César, « du pain et des jeux », tous ces peuples sont des proies faciles. À l’Internationale socialiste, qui s’est délitée dans les pays du bloc de l’Est communiste, il s’est substitué l’international de l’argent, qui n’a plus d’opposant majeur, tant que les pays d’Europe restent tranquilles et n’ont d’yeux que pour le confort et la vie sereine.

Les nouveaux modes de vie en France Lire la suite

Le projet de gouvernance mondiale

L’important pour les nantis est de régner sur un royaume. Car, peu importe le royaume, c’est la royauté qui compte. Le royaume peut être une nation, une région, un marché, une communauté, une collectivité, une confrérie, une corporation ou une association. Tout est connecté et inter dépendant. Tout le monde s’influence et joue sa propre partition pour défendre ses avantages ou son territoire. La nouvelle classe mondiale a ainsi ses réseaux d’influence et de corrompus à leur botte. Tout s’achète, même une organisation, quel qu’elle soit. Dans tous les empires ce processus a fonctionné de la même manière. Les maîtres du monde n’ont jamais perdu, sauf quand l’empire s’écroule et disparaît. Nous sommes arrivés à un point de rupture entre un modèle capitaliste qui sort chaque année des populations de la pauvreté, qui fait émerger partout des classes moyennes avides de consommation et un modèle néo-libérale qui ne tient plus compte de la volonté des peuples mais ne se soucie que de faire croitre les multinationales qui imposent leurs méthodes et concepts et manipulent les politiques.

Lire la suite

Au pays de la COVID-19

Un matin ordinaire dans le métro parisien. Les zombis masqués paraissent encore plus seuls et perdus qu’avant. Ils semblent apeurés, immobiles, sur leurs gardes. Leurs pensées sont annihilées, ralenties et doivent chercher à accrocher une idée, même plus une histoire, trop difficile. Juste du rassurant, de l’apaisement.

Lire la suite

Les leçons de la pandémie de la Covid-19

  • Les professionnels de santé sont plus indispensables que les joueurs de foot
  • Aucun prêtre, gourou, astrologue ou guérisseur n’a pu sauver qui que ce soi
  • Chanter sur son balcon n’est plus un déséquilibre mental

Lire la suite

Pourquoi reparle-t-on du traité de Sèvres d’août 1920 ?

À la fin de la première guerre mondiale tout le monde s’accordait pour dire : « Plus jamais ça ». Les nations européennes, plus les USA, ont eu la volonté de prendre des mesures pour que cessent ces conflits récurrents entre la France et l’Allemagne, ainsi que toute guerre en Europe. Ce fut la signature du Traité de Versailles et la création de la Société des Nations (SDN). Mais, en affaiblissant l’Allemagne, on a favorisé la montée du nazisme qui avait pour objectif de recréer son empire, le 3ème Reich.

Lire la suite

Il y a 80 ans, l’été 1940

Le 25 août 1939, les russes signent avec l’Allemagne un pacte de non-agression. Le même jour, la Grande-Bretagne et la Pologne signent un traité d’alliance militaire. Les ambassadeurs de France et de Grande-Bretagne à Berlin font savoir à Ribbentrop qu’en cas d’attaque de la Pologne leurs deux pays seront à ses côtés. À Paris, l’Humanité, pour avoir approuvé, non sans quelque réserve, le pacte germano-soviétique, est interdite. Car les communistes ont de commun avec les nazis la haine du capitalisme, des juifs, de la démocratie, du parlementarisme et des bourgeois.

Lire la suite

Sylvain Tesson – « Dans les forêts de Sibérie »

Sylvain Tesson, c’est une éthique de vie alimentée par l’absolue nécessité de repousser les limites de la connaissance de l’âme et d’oser les défis les plus fous : « L’essentiel est de mener sa vie à coups de gouvernail. De passer la ligne de crête entre des mondes contrastés. De balancer entre le plaisir et le danger, le froid de l’hiver russe et la chaleur des poêles. Ne pas s’installer, toujours osciller de l’une à l’autre extrémité du spectre des sensations. »

Lire la suite

Le monde d’après en 5 questions

Les pandémies sont-elles prévisibles ?

Du moyen-âge à aujourd’hui, elles ont toujours existé. La grippe, dite espagnole, mais en fait venant de Chine, a fait un million et demi de morts en 1918/19. La pandémie s’est propagée dans plusieurs pays et continents simultanément en moins de 3 mois. Mais selon l’Institut Pasteur, la grippe espagnole aurait tué plus de 30 millions de personnes. La grippe de 1968, ou grippe de Hong Kong, est une pandémie de grippe qui s’est répandue dans le monde entier à partir de l’été 1968 et jusqu’au printemps 1970. Elle a tué environ 1 million de personnes et a été causée par une souche réassortie H3N2 du virus H2N2 de la grippe ABien que probablement apparue en Asie centrale ou dans le centre de la Chine vers le mois de février 1968, la pandémie est reconnue à Hong Kong où elle a touché un demi-million d’habitants, soit 15 % de la population.

Lire la suite

La nouvelle classe mondiale

Pour comprendre le monde d’aujourd’hui, il faut s’intéresser aux empires. Ils ont existé depuis des millénaires jusqu’à nos jours : l’empire Mongol, l’empire Ottoman, l’empire romain, le Saint empire romain germanique (Charles Quint), l’Empire Austro-hongrois, l’empire napoléonien, les empires coloniaux anglais et français, l’empire soviétique, les Reich allemands etc. Leur raison d’être est d’élargir leurs frontières en empiétant sur d’autres états qu’ils décident de gérer directement ou de les laisser diriger leurs affaires selon les lois et directive de la puissance dominante.

La volonté politique de l’empire est à la fois d’étendre son territoire mais aussi d’imposer sa conception de société, avec tout ce que ça comporte comme règles de vie et de mœurs, de croyance religieuse ou d’organisation de la vie privée ou publique. Parce qu’il y a toujours eu des hommes qui savent ce qui est bien pour les humains (je sais ce qui est bon pour vous ; ma cause est juste et vous devez y adhérer) ils décident de l’imposer par la force et la violence.

Lire la suite

14 juillet 1789 la prise de la Bastille

La prise de la Bastille à Paris, le 14 juillet , est la première intervention du peuple parisien dans le déroulement de la Révolution française. La Bastille n’a pas été prise, elle s’est rendue afin de ne pas massacrer les agitateurs. Elle n’était en rien le symbole de l’absolutisme, il n’y avait le 14 juillet que 7 prisonniers : 4 faussaires, 1 libertin et deux fous. Launey Gouverneur de la Bastille a ouvert les portes aux émeutiers, en remerciement d’avoir voulu négocier avec eux, il s’est fait massacrer : Harcelé de coups, massacré au sabre. Lire la suite